Les prénoms à Bali

À Bali, la société est très codifié. Chacun doit avoir constamment conscience de sa position dans la société, l'espace et le temps. Complexe, l'étiquette régissant la société balinais, reste néanmoins un repère sécurisant et infiniment intéressant. Les noms en découlent également, le système est fait de manière à ce que chaque individu soit connu et se reconnaisse lui même facilement dans le monde auquel il appartient.

Les castes à Bali

À son homologue, le Balinais demande moins volontiers son nom que sa caste, par la formule : « Où êtes-vous assis ?» , c'est à dire : « Quelle est votre place dans la hiérarchie ? » Il saura ainsi quel niveau de langage adopter et s'il doit physiquement s'asseoir plus bas.

Un système de 4 niveaux héréditaires approchant des castes a été introduit par les Javanais de Majapahit, puis revu et corrigé par les Hollandais. Les 3 castes nobles de Triwangsa englobent : les Brahmana (lettrés et religieux), les Satria (tenants du pouvoir temporel) et les Wésia (fonctionnaires du royaume). Au total, ils forment 10 % de la population globale (environ 420 000 personnes).

Les roturiers sont considérés comme Sudra (paysans et artisans) y compris les clans Pandé et Pasek qui dominaient avant que l'aristocratie d'origine javanaise ne vienne s'établir sur l'île de Bali.

Le système des prénoms

Lors d'un voyage à Bali, il est normal de se poser ces fameuses questions : Pourquoi les Balinais s'appellent tous pareil ? Y'a-t-il un lien parental ? Combien existent-ils de prénoms ?

Le système des prénoms est le reflet de la société balinaise ; ils en disent long sur la position sociale et familiale de l'individu. La plupart des Balinais portent un prénom précédé de I pour les hommes et de NI pour les femmes. Les prénoms balinais sont en général mixtes, il est donc difficile aux premiers abords de comprendre le système, mais en réalité il est composé assez facilement.

Dis-moi comment tu t'appelles, je te dirai qui tu es

Pour la caste des Sudra (90% de la population), le prénom indique la place de l'enfant dans la fratrie.

  • Enfant Aîné : Wayan, Putu, Gede (uniquement pour les hommes) Iluh (uniquement pour les femmes)
  • Cadet : Made, Kadek
  • Troisième : Komang, Nyoman
  • Quatrième : Ketut…puis on recommence la série si la famille dépasse 4 enfants.

Pour les fratrie comptant 5 enfants, cela peut devenir un véritable casse-tête. Pour ne pas compter 3 Wayan par famille, les parents ajoutent un prénom tels que : Bayu, Sujana, Sudarma, Ariasa, Surya, Ardika pour les hommes et Dewi, Manis, Suryani, Indah, Intan, Purnami, Riani pour les femmes.

Quelques exemples de noms balinais
  • 1er enfant garçon : I Putu Ariasa ou I Gede Sudarma
  • 2e enfant fille : Ni Made Riani ou Ni Kadek Suryani
  • 1er enfant fille d'une famille : Ni Iluh Manis ou Ni Putu Indah  

Bien sûr depuis que les Balinais ont accès à la télévision et à internet, les prénoms sont devenus moins « exotiques », on entend de plus en plus de Jasmine, Bella, Carla... Les autres prénoms que l'on peut entendre tels que Benny, Nick, Coco... ne sont que des pseudonymes et ne figurent en rien sur les cartes d'identité (KTP).

Il n'existe pas de nom de famille à proprement parler comme nous en avons en France. Les enfants nés d'un mariage sont seulement enregistrés dans le livret de famille (Kartu Keluarga) pour montrer leur appartenance à la famille. L'union de la famille réside plutôt dans le système des prénoms qui reflète un cercle continu, du premier au dixième enfant, il y a un fil directeur, les noms sont là pour montrer l’unicité de la famille.

Dans les hautes castes, les individus possèdent divers titres :  Cokorda et Dewa chez les Satria ; Gusti chez les Wésia… Anak Agugn est réservé uniquement aux princes, il fait référence au nom du volcan Gunung Agung, lieu de vie des dieux.

blog-indonesie-bali-systeme-prenoms-3
Ni Wayan Manis confie I Kadek Rian à I Komang Bayu Juniantara. © Manon Brasseur

 

photo principale : Kadek, Komang, Komang, Kadek et Komang © Manon Brasseur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *