Petite histoire de Nyepi

Le Nyepi correspond au nouvel an balinais. Au tiroir cotillons, champagne et tenues festives du 31, ici il faut se vêtir de sa tenue de fête traditionnelle et surtout adopter le silence !

Pour les Balinais hindous, Nyepi qui signifique « silence » en balinais, représente la plus importante des fêtes religieuses. Il s’agit d’une journée de silence, de jeûne et de méditation. Le silence est observé durant 24 heures de 6 h du matin à 6 h le lendemain. Imaginez Paris la tour Eiffel éteinte, les Champs-Élysées déserts et les terrasses vides… Impossible ? Et bah pas pour les Balinais ! Pendant 24 heures, obligation leur est faite de rester à la maison, plus aucun véhicule ne circule, les lumières ne doivent pas être visibles et les distractions sont proscrites (radios et télé éteintes). Pour certains Balinais, la nouvelle année se « fête » par le jeûne et la méditation totale. On est bien loin de l’ambiance arrosée et très festive de la Saint Sylvestre !

blog-indonesie-bali-nyepi-2
Prière au temple Tirta Empul à BaIi © Vanille Mayé

Si Bali se retrouve dénuée de son animation habituelle en ce jour si spécial, c’est pour ne pas attirer les mauvais esprits sur l’île. En effet selon la croyance, les démons choisissent ce jour pour descendre sur terre et le moindre bruit ou lumière pourrait alors les attirer. En volant au-dessus d’une île qu’ils prennent pour « morte », ils passent ainsi leur chemin !

Si vous vous retrouvez à Bali à cette date, sachez que vous serez très fortement incité à rester confiné dans l’enceinte de votre hôtel. Ne songez pas à vous échapper : l’aéroport de Denpasar est fermé pour 24 heures. En revanche, vous pourrez profiter de l’ambiance festive et unique des jours précédant le Nyepi.

 

Ma valise pour séjourner à Bali le jour de Nyepi
  • Une bonne playlist avec vos musiques favorites et vos écouteurs
  • Un bouquin qui vous fera voyager sans quitter votre chaise longue
  • Votre huile solaire pour lézarder au soleil, au bord de la piscine de l’hôtel
© photo principale : Luis Recinos © photo article : Vanille Mayé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *